OPEN MODE Festival : les modes alternatives

PINK CADILLAC x @chewing.gum.premache_by_lanuk © OPEN MODE Festival

L’OPEN MODE Festival présente sa première édition du 17 au 19 novembre à la Villette et fait la part belle à la nouvelle jeune création, en dehors des circuits et des codes traditionnels. Plus qu’une fashion week off, OPEN MODE Festival croise les dynamiques artistiques : voguing, wacking, hip-hop se mêlent à la mode au travers de « performances dansées ». Des ateliers DIY, couture, tricot, maquillage ou encore photos t’invitent à prendre part à la création.. Le tout saupoudré d’un message culturel et politique engagé.

Derrière la Mode, toute une société qui s’exprime

Nous avons rencontré le fondateur de l’OPEN FESTIVAL Festival, Paul Levrez, un jeune professionnel de la culture, baigné dès l’enfance dans les politiques culturelles de sa ville, Lille. Il a fait ses armes au sein d’une asso qui participait à la grande entreprise de « démocratisation » de l’art contemporain. Aujourd’hui c’est à un monde non moins snob et prétentieux qu’il s’attaque : la Mode.

« Derrière une mode c’est toute une société qui s’exprime. C’est la question du genre, de l’ethnie, du multiculturel, de la lutte sociale aussi . Tout est passé aussi par des codes vestimentaires».

C’est après quelques mois de navigation dans les eaux hostiles de la mode institutionnelle et normée à l’extrême que Paul fait 1. le constat d’un « monde occupé par des gens qui ne voulaient pas que les autres y rentrent » 2. choisit sa quête : réconcilier le plus grand nombre avec « ce grand mot qu’est la mode ». Revenir à l’essence culturelle de la Mode et laisser de côté les seuls aspects business et bankable. Paul Levrez en est convaincu : « Derrière une mode c’est toute une société qui s’exprime. C’est la question du genre, de l’ethnie, du multiculturel, de la lutte sociale aussi. Tout est passé aussi par des codes vestimentaires». 

DLW3Ts5X0AAQSqj
© OPEN MODE Festival

Venez, défilez, dansez

L’événement est entièrement gratuit et met en avant plus de 20 jeunes créateurs et créatrices, dont des « jeunes pousses » récoltées dans les écoles de mode, avec pour prisme une mode urbaine. Ils pourront montrer et vendre leurs créations sans intermédiaire, « c‘est une manière de hacker le système » explique le jeune fondateur du festival. Aux côtés des créations de mode, et c’est le cœur palpitant de cet événement, la danse. Le Festival s’attache à mettre en avant une mode urbaine et trouver les personnes qui l’expriment corporellement a semblé une évidence. Voguing, waacking, break, hip-hop… plus d’une centaine de danseurs et danseuses – soit plus d’une quinzaine de crews – sont ainsi associé-es à des créateurs et des créatrices pour performer des « défilés-dansés ». Il s’agit de casser les codes des défilés classiques extrêmement millimétrés, qui annule la présence de la personne qui porte le vêtement.

« Un vêtement est beau quand il est porté par quelqu’un qui l’incarne, qu’il y a de l’âme derrière »

Les danseurs et les danseuses rendent vivant le vêtement, le subliment par leurs formes et leurs mouvements. Paul en est convaincu : « Un vêtement est beau quand il est porté par quelqu’un qui l’incarne, qu’il y a de l’âme derrière » et ajoute qu’il souhaite rappeler que le style, les codes vestimentaires ont toujours été au cœur des mouvements de danse.

djmsel8xcaeshhc-e1509718067186.jpg
NINI, une des créatrices présentes au festival © OPEN MODE Festival

Un espace d’émancipation et de visibilité

« Quand je sors avec ma jupe dans la rue, je me sens heureux, je me sens vivant. »

OPEN MODE Festival incarne une vision alternative de la Mode, une vision culturelle donc, mais aussi politique, avec la volonté de créer un espace d’émancipation et de visibilité.

« Quand je sors avec ma jupe dans la rue je me sens heureux, je me sens vivant. » explique Paul, « pour moi une femme ou un homme qui est belle/beau, stylé-e, à la mode, c’est une personne qui est bien dans ses pompes et qui est en accord avec ce qu’elle/il pense ». L’exacte antithèse des valeurs portées par la mode historiquement, que veut justement battre en brèche le festival. OPEN MODE se veut espace de défilés-dansés, de ventes, de fête ou encore d’ateliers, mais également « endroit refuge » pour être soi et s’exprimer librement.

« S’unir pour atteindre un degré de visibilité plus important ».

« Souvent on pioche les codes de ces cultures alternatives, urbaines, et on les jette » affirme Paul « et justement la mode est rattrapée par ça aujourd’hui, par ces codes-là ». L’organisateur d’OPEN MODE souhaite permettre de créer, faire vivre, de montrer ces codes – urbains, alternatifs, hors-normes – par ceux et celles qui les créent, les renouvellent, les font vivre, pour un public le plus divers possible, et éviter leur récupération commerciale voire leur instrumentalisation.

Rendre possible cet événement vient aussi profondément d’une volonté «  de s’unir pour atteindre un degré de visibilité plus important ». Car si la mode est vue au premier regard comme futile et vaine par certains, elle est une arme politique de changement pour l’organisateur du festival : « J’ai d’abord voulu faire de la politique pour essayer de changer les choses, mais en fait c’était pas mon truc. Du coup je me suis dit que le culturel c’était un bon moyen pour faire changer les choses« . Organisé à la Villette, l’événement se veut populaire et ouvert à un public le plus large possible, avec l’envie de se faire rencontrer des mondes qui ne se côtoient pas forcément : « Des familles voient des mecs en talons, des vogueurs qui rencontrent des breakers, ça peut faire avancer les choses. ».

On est bien d’accord et on a hâte d’y être.

© OPEN MODE Festival

Retrouvez le festival sur les réseaux sociaux : facebooktwitter : @openmodefest, instagram

 

Juliette Hamme

Publicités