MUSIQUESUNFLOWER BEAN

« Are you guys ok tonight ? I hope you are fine.. That’s the only thing I can ask »
Oui oui, nous étions vraiment bien, nous tous, petit public suspendu aux boucles des mèches et des mélodies du guitariste du trio new yorkais.
12547141_572144076268208_649494421_n
Sunflower Bean vient de sortir son premier album, Human Ceremony, sur le label Fat Possum (regroupant entre autres les Fat White Family et Youth Lagoon ). Le pop up du label était l’endroit idéal pour une telle rencontre, pour pouvoir toucher de près l’énergie harmonieuse dégagée par les trois musiciens. Déjà encensé par les critiques, l’album est le fruit d’un dialogue constant entre ces trois jeunes gens, dont les moues peuvent vous être familières. Et pour cause, Hedi Slimane, le DA de Saint Laurent, a choisi la bassiste et chanteuse Julia Cumming pour sa dernière campagne, dans l’impulsion de sa fascination actuelle pour la scène rock américaine (rappelons nous des jumeaux de The Garden). Nick Kivlen donne la réplique et se plonge dans des riffs noise avec la langueur d’un certain Bob Dylan.
sl0226

Parmi les (très nombreuses, très positives) chroniques de cet album, des noms et des genres reviennent souvent : Tame Impala, The Cure, DIIV, du shoegaze, du rock psyché, … tout en gardant une cohérence, juste, évidente. Ce qui affirme un réel consensus sur le talent et la vraie signature que marque l’arrivée de ce groupe sur la vaste terre du rock indé.


Nombreux sont les groupes « studio » qui produisent de grands albums, des sons de qualité. Mais le trio réussit avec brio à affirmer son talent aussi simplement que par un live qui risque, dès cette année, de se muter en une date à un Pitchfork ou un Paris Psych Fest (oui, nous osons le pronostiquer).