MUSIQUE : ZHALA, lalala

Zhala, c’est la nouvelle protégée de Robyn, tout droit venue de Stockholm, possédant une voix et un style hauts en couleurs.

Son premier EP « Prophet » sorti en février 2014, marque ses débuts mais pas que. Au delà d’un simple EP, c’est une affirmation d’elle-même, de son personnage en tant que musicienne. Première artiste à signer sur le label de Robyn Konichiwa Records, elle était déjà bien connu sur la scène artistique de Stockholm, mêlant danse et univers onirique à son style. C’est aux côtés de Robyn que Zhala fera se première performance live pour interpréter le titre « Prophet ». Une performance télé mémorable pour les Grammy Suédois de 2014.

Son dernier clip en date « I’m in love », où l’on voit des femmes se coiffer entre elles, n’est que le reflet de ses pensées. En effet cette dernière voulait montrer la solidarité qu’il peut exister entre ces dernières et rendre hommage en quelque sorte à toutes ses femmes qu’elle admire et qu’elle côtoie. Elle le confirme dans Dazed « We wanted to make a homage to the love and understanding there is between women » (« Nous voulions rendre hommage à l’amour et à la compréhension entre les femmes« ).

Zhala incarne avant tout une scène qui ne manque pas d’émerger à Stockholm, une voix des plus intéressantes, mêlée à des rythmes énergiques et envoutants, ce qui n’est pas sans rappeler The Knife ou Grimes. Une pop synthétisée qui nous envoie dans un univers où toutes les vocalises sont possibles.

Dépassé le stade de la culture de l’image et du visuel primant sur la musique. Zhala se montre telle qu’elle est, affichant une féminité à sa manière, loin des standards que l’on imagine bien souvent. Plus proche selon ses critiques de Frida Khalo que de Kate Moss, elle met en avant une forme toute particulière de beauté et de sensibilité que l’on retrouve à travers ses morceaux.

Plus de sons.