EXPOSITION : Alix Cléo Roubaud, dernier jours

Depuis le 28 octobre le BnF expose les photographies d’Alix Cléo Roubaud.

Deux soeurs qui ne sont pas soeurs – Autoportrait (1980)

La première exposition monographique du travail d’Alix Cléo Roubaud, réunissant plus de 200 photographies, des textes, des documents inédits se termine dans une semaine.

Alix Cléo Roubaud, née en 1952 à Mexico étudie l’architecture et la psychologie à Ottawa puis la philosophie en France. Morte prématurément en 1983 de problème d’asthme qui la suivait depuis l’enfance, elle nous a laissé une œuvre considérable de plus de six cents photographies, mais aussi un Journal (1979-1983)  qui accompagnait ses clichés, publié posthume par son mari l’écrivain Jacques Roubaud. En contrepoint,  Jean Eustache lui consacra un court-métrage (à découvrir dans l’exposition !), Les photos d’Alix, en 1980 où elle elle dialogue avec un jeune homme à partir de photographies posées sur la table : elle raconte les circonstances entourant les photographies, les techniques qu’elle a employée. Non sans humour, Alix Cléo Roubaud établit un décalage entre le commentaire fait et  de l’image montrée nous amenant à la réflexion, le sourire.

Jean Eustache & Alix Cléo Roubaud sur le tournage Les Photos d’Alix 

Bien que ses proches la mettent en lumière par différents prismes, l’artiste n’en reste pas moins mystérieuse et fascinante. En se mettant en scène, en fixant ses amants, son quotidien, en réinterprétant ses photographies de famille, l’artiste interroge le noir et la lumière, l’obscurité et l’éblouissement. Douée d’une grande technique, elle expérimente les sous-expositions, les surexpositions, les surimpressions, l’effacement. Truquer, trafiquer… L’oeuvre naît clairement lors des tirages.Pour Alix Cléo Roubaud, la photographie est expression de soi et exploration du monde, en ce sens, son œuvre représente parfaitement sa fragilité, la douleur de son existence, visible à travers ses nombreux autoportraits.

 Il ne vous reste donc plus que quelques jours pour découvrir tous les aspects de la création de l’artiste, notamment sa grande série Si quelque chose noir, exposée pour la première fois dans son intégralité.

 

 De la série Si quelque chose noir

 

Infos Pratiques

Site François-Mitterrand, quai François Mauriac –Quai de la Gare M6 ; Bibliothèque François-Mitterrand M14 RER C

Du mardi au samedi de 10h à 19h / dimanche de 13h à 19h  Tarif plein : 9 € / Tarif réduit : 7 €

Publicités