MUSIQUE : Sevdaliza, « jusqu’ici tout va bien »

Avec That Other Girl, Sevdaliza revient nous abreuver d’une chanson aux rythmes lancinants sur un air tout droit sortie d’outre-tombe.

Sevdaliza, Capture d’écran, Sirens of the Caspian

 

Sevdaliza, c’est le nouveau souffle de la musique aux Pays-Bas. Jeune, créative, outsider, elle vient nous enivrer d’une vague d’obscurité lascive. Quelques 6 000 personnes sont déjà conquises par son talent sur les réseaux sociaux. Il faut dire qu’après un Sirens of the Caspian, dans lequel on note une citation de la Haine en guise d’introduction, qui nous a amenés très loin, entre Méditerranée et Hollande, en passant par les profondeurs de la langue française, Sevdaliza a su se faire une place dans le monde musical actuel.

La jolie brune nous revient en 2015 avec un That Other Girl encore plus pointu que tous les amateurs de bandes-son saturées sauront apprécier. Acclamée par The Fader ou par Pigeons and Planes, la jolie brune n’en finit pas de séduire les médias.

Avec des sons tout en profondeur, visant en plein cœur la culture consumériste actuelle qui consume et use jusqu’à ses propres relations, elle livre sa vision du monde en même temps qu’elle porte son public sur un condensé de musique électronique mêlé à sa conscience sociale.

Artiste multitâche, celle qui pourrait être comparée à l’étoile montante FKA Twigs par son univers visuel travaille ses clips et soigne son image. Dans Clear Air, elle exploite tout l’univers de la mode ethnique aboutissant à une effusion de couleurs et d’émotions derrière son visage maquillé de blanc.

Publicités