5 raisons d’aller voir Zomer

 

Du mardi 11 novembre au lundi 17, le Nouveau Latina (20 rue du Temple) accueillait le Marais Film Festival. C’était l’occasion de faire un petit tour dans le Marais et de s’en mettre plein la vue.

Ce serait trop long de raconter tout le festival, l’ambiance, les 70 personnes présentes pour Something Must Break un mercredi à midi et en troisième séance du film, les courts métrages gays et lesbiens de qualités, drôles, surprenants voire totalement conceptuels. Il en faut pour tout les goûts, de Broute Minou à Palm Spring sur les weekend lesbiens dénudés et alcoolisés, à Thérèse(s) et Simone(s), un beau court métrage sur la vieillesse en noir et blanc.

Et justement en parlant des courts-métrages lesbiens, ils passaient dimanche après-midi, juste avant Zomer. Zomer sortira en salle le 19 novembre (donc moi je l’ai vu avant tout le monde nananère, enfin comme tous les gens qui étaient à la séance, rappelons que les festivals c’est tip top parce que tu peux voir des films pas encore sortis et donc personne ne pourra contredire ton avis).

5 raisons d’aller voir Zomer quand il sortira

Et pourquoi 5 ? Parce qu’Anna a un beau sourire.

1. C’est un bon/beau moyen de retourner en été pendant 1h30. De voir du soleil et des cheveux blonds, de se balader dans les champs, de se baigner près d’une centrale nucléaire (ça manque..) et d’aller faire un scooter sur une route de campagne déserte avec une jolie fille en perfecto. Le tout sans rater les cours/le boulot et sans tromper sa copine. Excellent.

2. Parce que maintenant tu sais comment dire été en néerlandais.

3. Parce que l’histoire d’amour n’est pas au centre du film, et ça fait du bien. Ca fait du bien que les deux protagonistes ne se rencontrent pas à minute 1 du film et passent ensuite toute la séance à se chercher entre hostilité familiale et révélations personnelles compliquées. Zomer laisse un bon moment à Anna pour nous faire entrer dans son monde, dans son quotidien. On a le droit à un peu de paix et de chronique d’un village avant de rencontrer Léna. C’est d’autant plus agréable de se dire qu’on va enfin avoir quelques bisous à se mettre sous les yeux.

4. C’est triste mais c’est drôle et c’est violent mais c’est calme. Zomer s’autorise toutes les situations, de l’amour au viol, de l’explosion de joie au suicide, toutes les émotions sans distinction de sexe et d’âge, toutes les choses tristes qui peuvent arriver dans un lieu clos, et toutes les belles excitations de la jeunesse. Alors non une boite de village néerlandaise c’est pas ce qu’il y a de plus funky, mais se baigner dans de l’eau radioactive, ça a l’air plutôt cool, finalement.

5. La centrale nucléaire, ce personnage à apprivoiser. (mais ça, vous le verrez par vous-même.)

Publicités