Molly Nilsson : Quand le darkcool prend tout son sens

 

 

PIGmag-Molly-Nilsson-9-510x324

 

Le nom vous dit quelque chose, c’est vrai qu’il sonne bien à l’oreille. Depuis 2008, sa voix aux accents mélancoliques nous traine dans son univers décalé et romantique à travers 5 albums. Cold-wave, new-wave, dark-wave, Molly Nilsson évolue au milieu d’influence pop (c’est elle qui le dit), eighties et d’un détachement froid à l’image de notre époque. Au final on a vite fait d’être envoutés. Les interviews sont rares, il n’y a qu’un seul album disponible sur spotify et aucune page wikipédia n’existe en son nom. Cette blonde originaire de Stockholm n’est pas dans le star-system. En effet, celle qui vit maintenant à Berlin a créé son propre label afin de diffuser elle-même sa musique, en vente uniquement sur le site de Dark Skies Association. D’ailleurs vous pouvez y acheter son dernier Ep : Sólo Paraíso. Il est important de notifier la beauté des clips vidéos, à l’esthétique eighties et aux nuances kitschs, toujours dans cette lignée propre à Molly Nilsson.

 

Le meilleur de Molly Nilsson (selon Jackie)

I hope you die

8000 days

The Power Ballad

The Lonely

Europa (le clip ❤ ❤ )

Dinosaur Tears

Summer cat

 

Tout ça pour dire que le 16 octobre, elle joue au Batofar, c’est un jeudi, ca va être super cool et tu me verras essayer de l’épouser.

L’event fb

Publicités