MUSIQUE : July Talk, entre violence et sensibilité

july-talk

 

July Talk, c’est quatre mecs et une fille : menant d’une main de maître le jeu de ses acolytes masculins, Leah Fay vient nous prouver que le rock n’est pas qu’une histoire d’hommes.

 

Avec des rythmes endiablés ponctués par un savant mélange entre la voix suave de Leah et la brutalité de celle de Peter Dreimanis, July Talk vient torturer les codes et surprend par son originalité.

 

Avec une facilité déconcertante, Leah s’impose comme la pièce maîtresse du groupe : au milieu de la rudesse de leurs accords, la voix de la chanteuse se pose comme une touche de sensibilité apportant un équilibre à leurs créations.

 

 

Touchante et apaisante, Leah Fay sait aussi monter en puissance, rappelant parfois l’incontournable chanteuse de Metric, Emily Haines. A croire que Toronto inspire les grandes voix du rock féminin.

 

 

July Talk vient ainsi occuper la scène, montrant que le rock est aussi une affaire de femmes. Avec plusieurs centaines de milliers de vues sur les clips issus de leur premier album, sorti fin 2012, le groupe remporte d’ailleurs un franc succès outre-Atlantique et commence à acquérir une petite notoriété européenne. Actuellement en tournée, ils ont investi le Divan du Monde à Paris le mois dernier et sillonnent maintenant le continent.

 

Avec un travail de qualité et une esthétique soignée, July Talk impose son univers : Leah et sa bande n’ont certainement pas fini de faire bouger les foules. On peut donc être blonde, belle et chanter autre chose que la Madrague. Et puis qui a dit que la seule rockeuse de diamant était Catherine Lara ?

 

Pour en savoir plus :

Facebook

Site officiel