Musique : Marie-Madeleine divinement bon

2014-04-12

Souvenez- vous, il y a quelques mois je vous parlais de Bernice alias Anna aux cheveux d’or.  Aujourd’hui c’est au sein de Marie-Madeleine qu’elle évolue… Ca vous dit un truc ce nom n’est-ce pas ? Swimming pool, Sex and tears, Ural Baikal Amour… Mais oui, avec  cette voix suave et il faut l’avouer, très sexy.  Cette voix appartient à Jarco Weiss, pilier du groupe. Il est le seul  élément restant de la formation initiale, maintenant accompagné par deux claviéristes, Anna et Guillaume. Cependant, les deux autres membres originaux restent très présents, surtout dans la composition. Ce groupe qui a déjà trois EP à son actif va en sortir un quatrième sous forme de vinyle, courant septembre.

Marie-Madeleine ne s’interdit rien, ne se met aucune limite et s’invente ses propres règles  en matière de création.  Loin du cliché du puriste habituel, on parle de Four Tet, Woodkid et rap music avec Jarco, mais aussi de Metz, sa ville d’origine. Le facteur « province » est important pour comprendre les influences très diversifiées du groupe, en effet avec peu de lieu de concert dans cette ville de l’Est,  la découverte de nouveaux genres se fait plus facilement.

Cette ouverture d’esprit est présente à tous les niveaux, et ca se ressent sur scène. Le trio surprend le public à chaque nouveau morceau en passant d’un style à un autre avec beaucoup d’aisance, entre coldwave et pop acidulée, des sonorités tour à tour planante et brutale avec des influences rock presque garage,  Marie-Madeleine est éclectique en somme. Même si les conditions ne sont pas optimales ce soir là, Marie-Madeleine est présente, fascinante dans  cette dualité féminin/masculin installée par les voix de Jarco et Anna, le show est total.

Cette dualité revient souvent, dans la description du groupe déjà : « Marie-Madeleine est une sainte, Marie-Madeleine est une pute ».  Une référence non pas à la religion mais aux femmes à double-tranchant, ces « princesses-putes ».

 

Quant à leur Femme préférée, ils ont choisi Emma Peel, héroïne intemporelle de Chapeau melon et bottes de cuir.

 

 

 

Tu peux passer un bon moment en allant voir ce que ca donne en live, dans le cadre du Phosphène festival le 29 avril.

Crédit photo : http://margauxnieto.tumblr.com/

 

 

Suivre Marie-Madeleine, les écouter, les aimer : https://soundcloud.com/mariemadeleine et le facebook .