CINEMA : Au cinéma et dans la vie, le syndrome de la moche qui couche bien

DON-JON-Affiche-France

Je sais pas vous, mais j’aurais trouvé ça plus cohérent qu’on ne voit pas ses mains...

Coucou copin(e)s.
Depuis que j’ai ma carte illimitée UGC duo ( plus facile pour sociabiliser, un peu comme la cigarette normale par rapport à la cigarette électronique ) j’essaye de la rentabiliser. Le premier film que j’ai eu la chance d’aller voir « gratuitement » : Don Jon. L’histoire acidulée clichée et sans vrai humour d’un garçon accro au porno qui n’arrive pas à se satisfaire des filles de la vie réelle. Le loustic, très bien joué par Joseph Gordon-Levitt ( qui est en fait le réalisateur, le scénariste, et le seul acteur qui correspond au rôle, du film ) tombe amoureux de Scarlett Johansson (dont la performance m’a donné envie de m’arracher les yeux et les oreilles), la baise (mal) continue à se tripoter sur des filles qui baisent (mieux) et croit que c’est ça, le love, le vrai. Evidemment, non. Parce que le love, le vrai, te fait arrêter le porno (la théorie absurde du film, donc). Et un jour il finit par céder et se taper la moche de sa fac, Julianne Moore.

Salut, je suis à la fac mais en fait j’ai 120 ans donc même si je suis belle pour mon âge, ça le fait pas.

Oui, c’est triste de se dire que Julianne Moore peut être la moche d’un film. Enfin, on n’est pas là pour débattre du casting mais quand même, c’était TRISTE les gars. Repensons un instant à The Big Lebowski. 

Image
Julianne Moore comme on l’aime

Et donc bref, il se tape la moche et là…MIRACLE. La moche lui donne le plaisir sexuel qu’il a toujours recherché, ainsi il tombe amoureux, arrête le porno et quelques phrases clichées plus tard, rideau, générique. On note : Scarlett, il veut lui faire des mômes et l’épouser dés le début, l’autre, absolument pas. Du coup on en retient quoi ? Les filles belles sont prétentieuses et maniérées au lit, les moches sont en manque et douées. D’ailleurs, n’oublions pas que dans Le Grand Sommeil d’Howard Hawks (film noir des années 40, pour ceux qui ne font pas une licence de cinéma) quand Humphrey Bogart croise une moche, elle lui tombe instantanément dans les bras. Et il n’a pas l’air déçu du voyage.
Alors quoi? Le physique des filles au cinéma est une métaphore de leurs valeurs? Les pures sont belles, les vicieuses sont moches, pour qu’on puisse identifier le bien du mal? Ou est-ce parce que « elles doivent bien avoir quelque chose pour elles? » (alors là je dis mensonge, il y a des filles qui ont tout, d’autres qui ont moins, et certaines qui n’ont rien du tout. Ca nous empêche pas de voir nos potes sortir avec..)

Et vous, vous pensez sérieusement que l’amour rend le porno inutile?

Hashtag true story