DES PD ET DES BARBUS

1420106_532708420151608_827186413_n

( Une rencontre en toute simplicité )

C’est l’histoire d’un monsieur prônant un Islam qui aime les homosexuels. J’entends déjà la cacophonie de vos pensées, des explications s’imposent. Ludovic-Mohamed Zahed est le monsieur en question, fondateur de l’association HM2F Homosexuel(les) Musulman(es) de France, inscrite dans une lutte contre l’homophobie dans les communautés musulmanes, mais aussi contre l’islamophobie dans les cercles LGBT. Pour cela il s’appuie sur les textes sacrés. Pour faire simple, les épouses du prophète ont à leurs services des hommes, car ils n’ont pas de désir pour les femmes. Donc des homosexuels dans la maison de Dieu. Je trouve que l’exemple est assez saisissant pour ne pas développer plus, si tu as envie d’aller plus loin, ce site t’apportera plus de réponses ainsi que ce livre.
Il n’y a pas que cela, LM Zahed est à l’origine de CALEM, la confédération de plusieurs associations euro-africaines ou musulmanes. Calem apporte son soutien auprès de personnes non hétérosexuelles, transsexuelles ou transgenres issue de la culture musulmane, venant du monde entier. C’est un havre de paix, où l’islam ne s’entend avec aucune violence qu’il soit, un message qui se relaie à travers des conférences, du bouche à oreille, des articles plus ou moins partisans. Je ne peux qu’encourager à vous y intéresser, c’est par l’information que l’on viendra à bout des préjugés.
En 2012 une salle de prière inclusive ouvre. Sur le principe Mcdonald « venez comme vous êtes », chacun vient vivre sa foi sans avoir peur des jugements. Cette première mosquée « ultra-progressiste » d’Europe ouverte à Paris ne fait pourtant pas que des heureux. Je vous laisse imaginer les réactions sur le net et ailleurs. Leurs arguments ne sont ni intéressants ni recevables. Leurs interprétations ne se font que dans une optique gâchée par la peur de la différence.
Le but de M. Zahed est d’éviter que les prochaines générations ne souffrent de ce carcan imposé au nom de je ne sais qui, mais surement pas de Dieu. Au-delà de l’aspect religieux, c’est un combat universel qui a largement gagné mon soutien. Celui de la libération d’une pression familiale, sociale, et religieuse pour enfin vivre sa sexualité calmement. Vivre sa vie quoi.

J.

Crédit photo : Marine Lottermoser