Littérature : Edouard Limonov, l’opposant aux Pussy Riots.

limo1

Edouard Limonov, né en février 1943 en pleine URSS est un écrivain franco-russe, connu pour ses trois années de prisons, son opposition à Poutine et ses multiples déboires . Emigré à 30 ans aux Etats-Unis, il s’installe à New-York, découvre une liberté qu’il n’a jamais eu auparavant et fréquente dès lors le milieu punk. Les éditions Flammarion décident en 2012 de publier deux ouvrages introuvables « Le poète russe préfère les grands nègres » et « Histoire de son serviteur« , ainsi qu’une biographie signée Emmanuel Carrère. A travers ces ouvrages autobiographiques, on apprend que l’auteur a connu l’envers de « l’American Dream  » : les bas-fonds de New-York, les chambres miteuses, les relations sexuelles débridées avec des sans abris. Il revient sur sa vie, en faisant un vif bilan :  » « Parfois, je pleure de fureur. De fureur je frappe ma paume avec le poing, je jure comme un beau diable et je crache des larmes ».


Quand l’URSS meurt, l’écrivain est à Paris accompagnée de sa compagne et douce mannequin Elena, il s’en prend de loin au gouvernement de Gorbachev, maudit l’Amérique et sa prise sur le monde. De retour en Russie, son engagement politique contre Poutine lui vaudra trois ans d’emprisonnements.
Aujourd’hui, libre et toujours engagé, il a été candidat aux élections présidentielles de 2012 en Russie, à plusieurs reprises, il est revenu sur le comportement des Pussy Riots, mais pourquoi?
On pourrait croire qu’il existe un lien reliant l’engagement politique de l’écrivain, et les actions qu’ont mené les Pussy Riots ces derniers mois, mais que nenni. Il les décrit : « Voilà une bande de jeunes punks provocatrices, un collectif d’imposteurs qui, par contre, créent de réelles dissensions dans les mouvements d’opposition » , une forte opposition qui le mène à juger leurs actions des plus ridicules. Une volonté de changer la Russie, mais des actions qui diffèrent, le tout étant que beaucoup des personnes engagées n’ont pas la visibilité escomptée.
Edouard Limonov avait sa place ici, il traîne « sa vie de merde » comme il aime le faire entendre, on vous laisse les liens pour les deux ouvrages en questions, qui vous plongerons dans sa propre existence.Le poète russe préfère les grands noirs et Histoire de son serviteur.

Publicités